Lorsque j’étais enceinte je savais que je voulais allaiter, car je voulais « le meilleur » pour mon bébé. C’était mon seul et unique argument.

Mais plutôt très pudique de nature, je ne savais pas du tout comment j’allais gérer le fait de devoir allaiter mon fils en public. Je ne connaissais vraiment pas grand chose à l’allaitement, mais j’imaginais bien que si je ne souhaitais pas hiberner pendant toute la période de mon allaitement, tôt ou tard, il faudrait que j’allaite en dehors de chez moi. Je m’étais imaginée dans un premier temps tirer mon lait. En effet, j’envisageais de lui donner mon lait dans un biberon lorsqu’il aurait faim en dehors de la maison. Mais en lisant et en me documentant de plus en plus sur l’allaitement, je me suis ravisée. Tout d’abord ça serait fastidieux. Ça enlèverait tout le côté pratique qui est, il faut bien le reconnaître un argument non négligeable pour l’allaitement. Il y a aussi le fameux risque de confusion sein/tétine. Et enfin le risque de finir par ruiner son allaitement puisque en ne donnant pas le sein directement à son enfant suffisamment fréquemment, le risque est qu’il y ait une baisse de la lactation.

1. S’interroger sur l’allaitement en public

Je me suis donc vraiment interrogée sur l’allaitement en public, sur ce qu’il implique. Pourquoi est ce que ça me semblait si compliqué d’allaiter en public ? Comment allais-je faire pour surmonter cette appréhension et pouvoir nourrir mon bébé en toutes circonstances ?

Allaiter en public, c’est en fait allaiter face au regard des autres quelque part. C’est le partage, d’un moment d’intimité, d’un geste socialement devenu rare. C’est assumer un geste pouvant être vu comme « désuet », « dépassé ». Mais surtout, allaiter en public, c’est assumer un corps que la société réduit à son érotisme.

Je m’inquiétais même de devoir allaiter devant mes proches. Je me demandais comment j’allais gérer les visites à la maternité si mon bébé avait faim et que de la famille ou des amis étaient présents.

En discutant avec mes amies proches, en lisant des témoignages sur l’allaitement, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule à avoir peur d’allaiter en public, loin de là.

2. La première tétée en salle de naissance

La première tétée en salle de naissance est finalement la première fois que l’on allaite son enfant, mais aussi sa première expérience en public.

J’appréhendais ce moment, plus que je ne l’attendais ; comme beaucoup de futures mamans je l’imagine. Je pense que ça dépend beaucoup du personnel, de sa disponibilité, de ses connaissances, de son vécu vis-à-vis de l’allaitement. La première tétée devrait être un moment d’amour partagé discrètement mais avec complicité . On peut être aidé pour la mise au sein si cela est nécessaire, mais  il faut à mon sens essayer de conserver son caractère intime en parlant doucement, sans gestes brusques.Alors, si je dois vous donner un conseil, c’est vraiment de ne pas hésiter à vous faire aider. En effet, alors que nous avons en nous, dans notre cerveau ancestral, la connaissance pour mettre nous-même notre enfant au sein, nous nous retrouvons à demander de l’aide, nous plaçant un peu en position d’infériorité, en débutante. Néanmoins, l’allaitement n’est pas si simple. De multiples événements peuvent le mettre en péril. Le premier est un bébé mal positionné, qui ne tête pas de la bonne façon. Cela peut causer dans un premier temps une crevasse. Je n’ai donc pas hésité a demander a ce que l’auxiliaire de puériculture me confirme que mon bébé était bien positionné pour être certaine d’éviter cela à la première tétée !

Je garde de ce moment, le souvenir très ému d’une expérience magique, inoubliable. Cette capacité a nourrir son enfant m’a rendue fière.

3. L’allaitement à la maternité

Si je me suis sentie assez à l’aise pour allaiter devant les sages-femmes, puéricultrices, infirmières (elles appartiennent au corps de la santé, notre affectif n’est donc pas touché), c’est très différent d’allaiter devant les membres de sa famille.

J’ai donc préféré que peu de personnes me rendent visites afin de pouvoir m’occuper sereinement de mon bébé et mettre en place l’allaitement sans être stressée. Lorsque des membres de ma famille sont venus, je me suis arrangée pour qu’ils ne restent pas trop longtemps et ainsi pouvoir allaiter tranquillement, lorsqu’ils n’étaient pas là. L’allaitement me tenait réellement à coeur, et je souhaitais ne pas être stressée les premiers jours, trouver mes repères et « mettre en place mon allaitement ».

4. L’allaitement dans les lieux publics

Plusieurs de mes amies me racontaient avoir mis rapidement un terme à leur allaitement, car elles se sentaient gêner d’allaiter en public. Je les comprends, j’ai moi-même toujours une petite appréhension lorsque je dois donner le sein à mon bébé, et bien souvent j’essaye vraiment d’être la plus discrète possible. Après plusieurs mois d’allaitement, j’ai donné le sein à mon fils, dans diverses situations : dans le train, l’avion, un aéroport, dans la rue, devant la plupart de mes proches…

Contrairement à certaines femmes qui doivent essuyer des remarques, voir parfois même des insultes, j’ai « plutôt de la chance » car cela ne m’est jamais arrivé. Mais je trouve vraiment révoltant que ça puisse arriver à certaines maman.

Lorsque je me suis sentie un peu mal à l’aise d’allaiter en public, je me suis recentrée sur mon enfant. Il pleure car il a faim, il a besoin de moi. Je me suis dit que la priorité c’était mon bébé et qu’il était hors de question de le laisser attendre, parce que certaines personnes vont dire/penser ceci ou cela! Il y a parfois des « regards » qui peuvent nous mettre mal à l’aise, mais dans ce cas là, je regarde mon enfant et ne me préoccupe pas de ce qu’il se passe autour de moi.

Alors la première fois que j’ai du allaiter en public, je me suis dit : mon bébé a faim, je le nourris … what else ?!

4. Mes astuces

Les premiers temps, ce pourra être pour certaines ne pas allaiter en public (devant vraiment personne), juste le temps d’être à l’aise avec les techniques de mises au sein. Ensuite j’ai allaité devant des gens que je connaissais bien, amis proches ou famille. Et enfin, j’ai allaité dans la rue ou même au restaurant.

On peut mettre en lange pour cacher sa poitrine si votre haut se déboutonne. Vous pouvez également nouer autour de vous le lange ou le grand foulard. Personnellement, je trouve qu’il est assez pratique d’allaiter en teeshirt, car il suffit juste de le remonter pour faire téter son bébé, puis le tee-shirt retombe un peu sur le visage du bébé, ce qui est très discret. Vous pouvez mettre éventuellement un débardeur sous votre tee-shirt, pour ne pas avoir le ventre à l’air et ainsi tout est caché !